JVM, Marc O’Reilly, Join me in the Pines : top 10 des meilleurs albums de l’année

Allez, parce que c’est de saison, je livre mon top de l’année.  Pas de Hozier (et non) sur mon podium mais plutôt James Vincent McMorrow, Marc O’Reilly et Join me in the Pines. Revue de détails…

1- James Vincent McMorrow -Post Tropical

james v mcmorrow
James Vincent McMorrow

Avec ce deuxième album, James Vincent McMorrow a surpris tout le monde en délaissant la folk pour un son plus électro (certains le comparent à un James Blake mainstream..). Cela donne des bijoux comme Cavalier, Gold ou Red Dust. Son falsetto donne toujours autant de frissons. Les mélodies sont envoûtantes et les textes déchirants. L’un de meilleurs songwriters actuels.

2-Marc O’Reilly -Human herdings

Dans My Friend Marx, son premier album, Marc O’Reilly montrait une habilité d’extraterrestre à la guitare. Son jeu au rasoir se confirme dans ce second opus qui renferme des morceaux blues, folk et rétro-rock à tomber. Et comme les textes sont également à la hauteur…. Mon gros coup de cœur de l’année.

3-Join Me in the Pines – Inherit

Troisième album solo pour le multi-instrumentiste Dave Geraghty, l’un des membres du groupe Bell X-1. Sous le nom de Join Me in the Pines, il signe une petite merveille de pop délicate (belle utilisation des cuivres), classe et qui invite à la rêverie. On aime Joy is a Lion, bijou immédiat de folk-americana, Golden Guilt et Should not Roam, belles ballades épurées.

4- The Gloaming – The Gloaming

Comment renouveler la musique traditionnelle avec classe et originalité? Demandez à The Gloaming. Soit Martin Hayes, légende du fiddle, Iarla O’Lionaird, un vétéran d’Afro Celt Sound System rompu à l’ancien chant sean-nós, Caoimhin o Raghallaigh, un jeune joueur de hardanger (le violon norvégien), le guitariste américain Dennis Cahill et le pianiste new-yorkais Thomas Bartlett (David Byrne, Antony and the Johnsons…). Ils livrent un album parfait, romantique et crépusculaire.

5-Damien Rice  – My favourite faded fantasy

Huit ans sans donner de nouvelles, c’est long. Damien -The Greatest bastard – Rice est donc de retour, accueilli comme le messie avec ce nouvel album qui n’étonnera pas les fans de son folk tourmenté. Produit par le grand manitou Rick Rubin, ce troisième opus recèle quelques pépites aux arrangements plus sophistiqués qu’il n’y paraît, des mélodies envoûtantes et mélancoliques (My Favourite Faded Fantasy, Long Long Way et The Box). Et dans les textes, Rice ne s’épargne pas. Bref, plus de silence aussi long la prochaine fois, Damo.

6-Adrian Crowley – Some Blue morning

Déjà le septième album pour Adrian Crowley et ce songwriter fabuleux reste encore inconnu chez nous. Souvent comparé à Leonard Cohen pour son timbre de voix, il livre à nouveau des chansons intenses, où les cordes prennent toute leur place. On applaudit l’exploit de The Wild Boar, texte parlé et très cinématographique.

7-Printer Clips -Printer Clips

Pour ce nouveau projet solo, Paul Noonan, le leader du groupe Bell X-1, s’est particulièrement bien entouré avec Joan As Policeman, Martha Wainwright, Gemma Hayes, Amy Millan, Julia Stone, Lisa Hannigan, Danielle Harrison, Cathy Davey, Maria Doyle Kennedy et Coimhin O’Raghallaigh. Au final, cela donne neuf belles ballades, préalablement sorties en deux EPs, remarquablement écrites.

http://printerclips.com/

8-Peter Doran – outlines

Soit le quatrième album de Peter Doran, songwriter archi-doué. En dix ballades folk, il nous offre une belle, fragile et plutôt noire, plongée introspective. Un mot sur sa voix assez phénoménale, qui peut monter très haut et toujours émouvante.

 

9-Rhob Cunningham – The Window and Day

Pour cet album, Rhob Cunningham a travaillé avec Valgeir Sigurðsson  dont le CV est plutôt impressionnant (Feist, Sigur Ros, Bjork). Le résultat est à la hauteur : on y découvre un conteur habile et sensible à travers de subtiles ballades folk.

10-Soak – Blud  (EP)

Soak (ou Bridie Monds-Watson dans le civil) est la contraction des mots « soul » et « folk ». Il y a de l’âme dans les chansons de cette gamine âgée de 17 ans, aux allures de garçon manqué. On craque littéralement sur sa voix, à peine sortie de l’enfance. Comparé à Cat Power, le « phénomène » passera à Paris le 23 février dans le cadre du festival Fireworks. Après avoir signé son Ep sous le label de Chvrches, elle sortira prochainement son album chez Rough Trade.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s