On a vu : A Date for Mad Mary ou la confusion des sentiments

Sorti en salles en septembre dernier en Irlande, A Date for Mad Mary a fait l’unanimité auprès de la critique et a remporté un joli succès public. On craque pour cette chronique douce-amère signée Darren Thornton et son héroïne (incroyable Seána Kerslake), une jeune fille pas si « folle ». Le film est disponible dès aujourd’hui en DVD et VOD, en son pays.

date-for-mad-mary

Donc Mary est « folle ». Enfin selon son entourage, car tout va bien pour elle, merci. Issu d’un milieu modeste, la jeune fille vient de passer par la case prison pour un délit qu’on se gardera bien de nous révéler (bonne idée). Sa meilleure amie Charlene, sur le point de se marier, lui demande d’être sa demoiselle d’honneur et de se trouver un cavalier pour le jour J. Les conventions… Mary, en jogging et un peu garçon manqué, a bien du mal à trouver « l’Elu ». Elle est bientôt attirée par Jess (Tara Lee), une chanteuse qui doit filmer le mariage de Charlene. Une confusion des sentiments qui la bouleverse…

Pour son premier long métrage, après deux courts (dont Frankie, European Film Award du meilleur court métrage 2009), Darren Thornton adapte la pièce 10 Dates for Mad Mary de Yasmine Akram. Résultat, une comédie romantique et une chronique douce-amère, terriblement attachante et l’un des meilleurs films irlandais en salles en 2016. Soit le portrait d’une jeune fille, qui se cherche et s’aperçoit que l’amitié, ce n’est pas forcément « à la vie, à la mort ».

Sa « best mate » (Charleigh Bailey, excellente et jamais caricaturale) s’est embourgeoisée et n’a plus les mêmes aspirations. Elle veut le grand jeu pour son mariage tandis que Mary a des goûts beaucoup plus simples. Pas de trémolos pour autant car le film, au scénario solide, est drôle grâce aux seconds rôles (la famille de Mary, les nouveaux amis tête-à-claque de Charlene) et à quelques scènes réjouissantes (les blind-dates pour trouver la perle rare). L’attirance de Mary pour la über-cool Jess est abordée avec délicatesse et subtilité : est-ce parce-que la jeune fille est en train de se reconstruire qu’elle se lance dans cette histoire ? Darren Thornton n’assène rien et laisse la porte ouverte.

De tous les plans, la bluffante Seána Kerslake, aperçue dans The Lobster et vedette d’une série locale à succès, Can’t Cope, Won’t Cope,  incarne une Mary intelligente, tantôt émouvante, tantôt caustique, un peu asociale et qui a bien du mal à gérer sa rage. Bref, une star en devenir. Le film, malgré ses qualités, n’a pas encore de distributeur français (le ton et l’humour sont très, très irlandais, ceci expliquant peut-être cela…). En attendant, il est disponible en DVD et en VOD. On vous conseille fortement le visionnage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s