On y était : Paul Noonan (w/ Maria Kelly) au Spirit Store, Dundalk

Sans ses « collègues » de Bell X1, Paul Noonan a livré un set cosy le 23 novembre, au Spirit Store, à Dundalk. Avec la très prometteuse Maria Kelly, en première partie.

Sur disque, le songwriter et chanteur Paul Noonan fait parfois des infidélités au groupe Bell X1 (tout comme son « collègue », David Geraghty  seul ou avec Join Me in the Pines). C’est donc en solo qu’il nous donne rendez-vous au Spirit Store, à Dundalk, ce 23 novembre. Le concert est évidemment sold out, Bell X1 étant une « institution » locale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Maria Kelly est chargée d’ouvrir la soirée. Avec seulement un Ep au compteur ( The Things I Should), la jeune et timide songwriter de Wesport, dont la voix fragile rappelle celle de Soak, livre un folk atmosphérique séduisant (on pense à Daughter) et à l’écriture délicate. L’assistance ne peut s’empêcher de parler entre les titres mais se fait plus respectueuse à l’écoute de Stitches, Far Below, ou Hollow, le dernier single en date. On se laisse bercer et on est content d’apprendre le passage privilégié de la jeune femme, grâce au vote du public, au fameux festival Other Voices à Dingle. On n’a donc pas fini d’entendre parler de Maria Kelly et c’est tant mieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et puis voilà Paul Noonan, venu jouer les « B-Sides ». Fausse modestie ou humour à froid ? On penche davantage vers la seconde option. Ce sera d’ailleurs un festival de blagues pince-sans-rire. On commence au piano avec les tout neufs Microfiche et Go : de la pop / ballade comme toujours élégante, avec ici quelques effets de beats avec une boîte à rythme et dédoublement de la voix. On aime beaucoup Steel Ballet, un titre sur le monde ouvrier, composé pour Starboard Home, un disque choral (avec Lisa O’Neill, James Vincent McMorrow, Cathy Davey notamment) sur le fleuve Liffey et la révolte de 1916.

« The old fuckers »

Il entame Careful What you wish for, l’une de nos chansons préférées de l’excellent Chop Chop, le sixième et avant-dernier album studio de Bell X1. De la pop atmosphérique ultra-séduisante et émouvante, avec une belle ligne de piano. « En 2018, on célèbre les 20 ans de Bell X1 » Gros applaudissements dans la salle (les cinq concerts, organisés en mars à Vicar Street à Dublin pour fêter ça, sont complets évidemment) « Le temps passe… Ah the old fuckers… » On se marre et on enchaîne avec THE hit, Velcro, exécuté en mode cosy à la guitare acoustique. Le public donne de la voix sur TOUS les titres du groupe. On craint le pire mais non: on chante juste, dans un murmure et en harmonie. Paul Noonan est content et nous aussi car on assiste à une belle communion.

Le pic d’émotion est atteint avec le très, très beau Hole in her Heart, un morceau – remerciement à l’hôpital qui a opéré le coeur de la petite-fille de Noonan quand elle était bébé. Maria Kelly revient sur scène pour interpréter The Snowman et surtout Apparatchik, que Paul Noonan a chanté auparavant avec Lisa Hannigan. Soit l’un de ses duos avec de grandes chanteuses irlandaises, comme Gemma Hayes ou Cathy Davey, réunis sur le très bel album Printer Clips. Après un mash-up facétieux (U2, Boyz to Men…), on revient aux choses sérieuses avec une dernière salve de Bell X1 : Rocky took a lover et  l’inévitable Some Surprise. Un rappel, deux morceaux et on se dit au-revoir, après une belle soirée au coin du feu : on se reverra en mars à Vicar Street avec toute la bande.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s