On y était: Vantastival, Day I et 2

Parce qu’on aime l’atmosphère familiale de ce festival et que le lineup propose des artistes « locaux », on a fait halte, à nouveau, à Vantastival, Drogheda, du 31 mai au 2 juin. Et encore une fois, on a eu du miel dans nos oreilles.

Pleuvra, pleuvra pas ? C’est la grande question en ce début de dixième édition de Vantastival, festival où se côtoient amateurs de camping, hippies et familles (superbe zone pour les enfants, avec maisons à fées, atelier maquillage..). Pendant trois jours, le festival, à nouveau installé à la Beaulieu House (on vous avait raconté l’histoire du lieu l’an passé, voir ici), compte bien célébrer cet âge canonique comme il se doit. Avec des artistes irlandais, as usual, et une scène supplémentaire dédiée à la musique folk et trad. Sous cette tente, les concerts vont s’enchaîner toute la nuit, jusqu’à 4 heures du matin !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De nôtre côté, en ce premier jour, on se concentre sur les musiciens de la Woodland Stage (la scène dans les bois). On y découvre l’australienne Tailor Birds et son folk planant, fait de loops de violons et Makings, à l’électro-rap, nerveux et efficace. Déboulent ensuite le rappeur Sea High et le collectif Off Key Collective. Avec un sens certain du spectacle, le chanteur arrive habillé en prêtre, se sert du vin de « messe » avant d’enlever sa chemise et de dénoncer les maux de l’Irlande (le bien vu This is Ireland sur les sans-abris). Wob ! (pseudo derrière lequel se cache un excellent batteur serbo-irlandais) fait ensuite le show avec sa drum bass très accrocheuse. La chanteuse, en robe pailletée, danse au milieu du public : les corps ondulent depuis un moment déjà.

On aurait adoré voir Naoise Roo, songwriter uber talentueuse, dans la lignée de PJ. Harvey, mais elle s’est fait porter pâle. On se console (un peu) avec The Young Folk, de la folk (évidemment) à la Mumford and Sons des débuts. Pas forcément notre tasse de thé mais de quoi finir en douceur cette première journée. A noter que le groupe avait fait un passage au Centre culturel irlandais lors de la fête de la musique en compagnie de Lisa Hannigan, en 2015 (voir ici).

Des sœurs complètement barrées

Ce diaporama nécessite JavaScript.

14h en ce samedi 1er juin. The Twisted Sisters, déguisées comme au carnaval de Dunkerque, débarquent sur la grande scène. Un des membres du groupe brandit un carton où il est inscrit : « PG, explicit lyrics ». Les parents sous la tente sont prévenus… Et on ne sera pas déçue. Les sœurs barrées parlent de travailleuse du sexe (« No job without blowjob ») et n’ont aucun tabou. C’est fun (« good craic »), jamais vulgaire car féministe et musicalement – entre folk festif et americana – ça tient la route. Dans un registre trèèèès différent, Surika, originaire de Dingle, livre un folk délicat et séduisant (mention spéciale à  Just Kids et All the love to you friend ) avec son guitariste Damien O’Neill. On s’offre ensuite notre dose de très bonne musique traditionnelle avec The Bonny Men, déjà présents l’an passé sur la même scène dans les bois. Mathiu O Casaide, excellent joueur de Uilleann Pipe au sein du groupe, nous conseille d’aller écouter Tau, emmené par Shaun Mulrooney. On s’exécute et nos oreilles le remercient. On a droit à du rock psyché, aux teintes celtiques, chamaniques (« Mother », une merveille). Envoûtant.

Juste de la moutarde

On adore le post-rock instrumental, rageur et aux teintes jazzy de Bicurious, qui ouvre le bal des têtes d’affiche à la grande scène. Le Brestois Taran Plouzané, dont les doigts cavalent sur le manche de sa guitare, et Gavin Purcell, très habile derrière ses fûts se la jouent politique avec des samples en anglais et en français. Une jolie claque. Les réjouissances continuent avec Just Mustard, enfants du pays (Dundalk, ville située à une trentaine de kilomètres) et surtout nouvelle sensation de la scène irlandaise. Comme à Paris où il a fait l’ouverture pour Fontaines D.C. au Point éphémère le 22 avril dernier, le quintet, qui n’a pas volé sa nomination au RTE Choice music prize cette année pour son premier album, distille un shoegaze hypnotique au cours d’un set minimaliste et sans effets de manche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bowie

Ce sera plus « festif » avec Pillow Queens, qu’on a vu la veille à la Button Factory, à Dublin en première partie de Soak (mais de ça on en reparlera plus tard). De l’indie rock ultra-sympathique et très « girl powa » (Gay Girls). On s’accorde 10 minutes devant We Cut Corners, aux mélodies pop / garage rock où domine la voix puissante du chanteur / batteur Conall O’Breachain avant de découvrir le nouveau son de Join Me in the Pines. Soit le multi-intrumentiste et songwriter David Geraghty, l’un des membres de Bell X1, qui continue son aventure en solo. Après trois albums dark folk (dont le dernier sous ce nom), il opère un virage complet et lorgne désormais vers Prince, Bowie ou Nile Rodgers. Un changement de couleur musicale déconcertant qui convainc sur la plupart des titres et notamment le single, le groovy Bad Blood.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Toute la pluie tombe sur moi »

La pluie qui s’abat nous rappelle que nous sommes en Irlande et c’est sous des gouttes d’eau mesquines qu’on file applaudir Lisa O’Neill. Bon petit soldat, la songwriter folk, dont le dernier album figure parmi  nos préférés de 2018, a pitié de nous et se montre beaucoup moins bavarde. Les titres s’enchaînent (Rock the machine, Pothole in the sky, Black Sheep) où son songwriting déchirant et sa voix d’un autre temps, nous fait monter les larmes. Que d’eau, que d’eau ! Il est déjà minuit passés (on est obligée de partir sans avoir vu King Kong Company…) et on implore le ciel pour un Day 3 plus clément.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s